Étiquettes

, , ,

Coucou!! Aujourd’hui un petit flash sur des ingrédients dont on parle assez peu, mais que l’on retrouve dans presque toutes les formulations cosmétiques du commerce:les agents chélateurs (et les séquestrants).

C’est en regardant les compos de produits du commerce (make up, crèmes et… savons!) que j’ai remarqué ces ingrédients donc je me suis penchée un peu sur la question et j’ai décidé de vous en parler ici, d’une manière simple et non exhaustive car il y a énormément de choses à dire et apprendre sur le sujet!

Donc un agent chélateur, c’est quoi?

C’est une substance chimique qui a la propriété de fixer les ions positifs et de former un complexe stable, le chélate, entre un ligand et un cation métallique. L’agent chélateur permet donc d’empêcher aux cations métalliques de se lier à certains ingrédients. Le cation métallique est fixé au ligand chélateur par au moins deux liaisons de coordination et sans lui, les cations seraient donc « libres » et pourraient donc:

  • modifier la stabilité de l’émulsion ,
  • modifier le ph du produit,
  • et indirectement, augmenter le processus de rancissement / oxydation du produit finit .Je dis  » indirectement  » car les chélateurs  ne sont pas des anti oxydants mais en fixant les ions métalliques, souvent responsables du rancissement, ils ont un effet indirect sur l’oxydation d’un produit. Ils servent de » catalyseurs « dans l’oxydation des matières grasses.

En gros et en simple (attention la supère métaphore🙂 ), un chélateur agit comme un crabe qui a un nombre variable de pinces et qui agrappe les cations disponibles pour former un complexe stable.

Vous serez sans doute en train de penser: et en quoi ça peut nous intéresser?

Et bien ça peut nous intéresser (nous, amants de la  tambouille), car les chélateurs seraient très utiles (et même parfois indispensables) dans certaines de nos formules car ils serviraient à protéger nos préparations en les rendant: plus stables et plus sures, pour les raisons mentionnées plus haut donc il me semblait inteéressant d’en savoir un peu plus.

Dans quels types de préparations cosmétiques on devrait utiliser un chélateur?

-si on en utilisait dans tous nos produits cela ne serait pas un mal…biensûr en choisissant le chélateur le plus adapté!

Dans les produits cosmétiques du commerce, les complexants employés sont choisis en fonction du pH d’utilisation et du métal à complexer même si le chélateur le plus utilisé reste l’EDTA car il s’agit du chélateur le plus « fort ». 

Dans les produits nettoyants, par exemple: les savons, les gels douche,les shampoings etc, on peut utiliser un chélateur aussi bien pour éviter les résidus de savons dans les baignoires que pour mitiger les dépots minéraux sur la peau ou les cheveux causés par des eaux dures que pour augmenter la force lavante du produit qui, non chélé serait réduite à cause de la précipitation (Cela pourrait être une bonne piste pour des shampoings qui devraient mitiger les eaux qui contiennent beaucoup de calcaire par exemple😉 ? )

Dans les crèmes, on peut utiliser un chélateur aussi bien pour augmenter la « conservation » que pour fixer les cations libres et ainsi ne pas craindre une éventuelle déstabilisation ou la mauvaise action d’un ingrédient. De plus, certains chélateurs ont des propriétés très utiles en cosmétique (hydratantes,anti odorantes,exfoliantes….).

Par exemple, dans les émulsions contenant de l’urée, il serait important d’utiliser un chélateur qui puisse la stabiliser, car l’urée fait augmenter le ph des préparations dans le temps et au dessus d’un ph à 6, elle libèrerait l’ammoniaque (donc pas top quoi 😯).

De même pour les émulsions qui contiennent de l’oxyde de zinc, il serait important d’utiliser un chélateur car il s’agit d’un ingrédient qui, soluble a ph acide , aurait tendance à augmenter le ph dans le temps et à libérer les ions de zinc et donc à destabiliser l’émulsion. Je parle dans ce cas des crèmes qui utilisent l’oxyde de zinc pour son action lénitive donc ou  la molécule ZnO serait importante (elle agit aussi a ph acide) et non pour les produits déodorants qui utilisent la molécule Zn2 qui agit a ph plus basique et qui ne doit donc pas etre chélé.( pour tel usage je conseille par contre l’ajout du  triethyl citrate  car il s’agit d’un ingrédient très « intelligent »>au moment de l’augmentation du ph a 7, il se décompose en acide citrique faisant baisser à nouveau le ph empêchant les mauvaises odeurs:)>je ferai bientot un article sur ma recette de déo avec un focus sur cet ingrédient que j’adore. )

J’insiste sur le fait d’une éventuelle stabilisation du ph même si il ne s’agit pas du rôle principal du chélateur mais, faisant de la cosméto home made, je crois qu’il est vraiment important de bien comprendre les mécanismes de la conservation et comme vous le savez, tous les conservateurs ne fonctionnent pas avec le même range de ph…donc attention quand vous utilisez certains ingrédients sans chélateur car un bon produit initial peut devenir un produit unsafe ou nocif en peu de temps .

 

Quels sont donc les chélateurs que nous pouvons ajouter dans nos préparations?

Dans le commerce on trouve de nombreux agents chélateurs (ou séquestrants). Le plus connu est l’EDTA (ethylenediaminetetraacetate) et tous ses dérivés (voir liste ci dessous) mais on trouve aussi dans de le commerce des alternatives comme:  l’acide citrique,de l’acide phytique, du sodium gluconate,etc…(voir la deuxième liste).

 

 

La différence entre ces chélateurs est simplement leur efficacité et leur fonctionnement dues aux différentes compositions chimiques, mais une chose est certaine, plus le lien sera fort, plus le composé sera stable.
Par exemple l’EDTA est beaucoup utilisé pour chéler les ions de calcium, magnésium, zinc et cuivre mais aussi d’autres nombreux éléments alors que le sodium gluconate est utilisé principalement pour chéler les ions du cuivre et du fer, etc..
L’EDTA est le chélateur le plus efficace sur le marché car il est capable de former des chélates avec un grand nombre de cations mais il est aussi très contreversé. J’ai lu à son sujet un peu de tout: du « c’est LE démon » au « c’est notre sauveur », alors que le tetrasodium editronate serait considéré une alternative écologique selon le bio dictionnaire.
Je ne veux pas trop rentré dans ces détails car je ne suis pas compétente dans la matière mais je vous donne en fin d’article plusieurs liens à ce sujet.
Donc quel chélateur ai-je choisis d’utiliser dans mes formulations?
Plusieurs.
J’utilise de l’acide citrique ou lactique dans les préparations sans beaucoup de « risques », de l’acide phytique et du sodium gluconate dans les préparations qui contiennent de l’urée ,du sodium gluconate dans mes gels douches et mes shampoings et j’ajoute du  triethyl citrate dans beaucoup de mes préparations (même s’il ne s’agit pas d’un chélateur).
Je pense tester l’EDTA dans ma prochaine recette de savon pour laver le linge et je testerai le sodium gluconate dans mes prochains savons saf.
Je vous tiendrai biensur au courant de mes tests et si vous testez n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez! En attendant, je continue à étudier car….on en apprend tous les jours🙂

 

 

Voilà, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, à me suivre sur le blog en vous inscrivant (cliquez  » suivre » puis donnez votre adresse mail!!! ) , à donner vos retours, à critiquer, bref, on est là pour échanger quoi!😉

J’ai aussi une page sur facebook ICI et je serais très très très très…..heureuse de vous y accueillir, surtout qu’il y a en ce moment un concours si vous likez la page

!!! Bises🙂 .

Articles interessants et sources:

Il forum di lola